S’accepter telle qu’on est

S’accepter telle qu’on est. Quelle belle phrase, quelle intention louable. Mais au fond, ça veut dire quoi?

S’accepter telle qu’on est, ce n’est pas se résigner et baisser les bras, abandonner ses ambitions et espoirs. S’accepter telle qu’on est, c’est s’aimer même si. Même si rien ne change, même si tout n’est pas exactement comme on aimerait que ce soit (de la taille de nos cuisses à celle de notre portefeuille), même si on est en chemin. C’est s’aimer sans attendre d’être arrivé.

Stop. On recommence. J’aimerais que tu relises lentement le paragraphe précédent en portant une attention particulière à ton ressenti, tes impressions, ton langage corporel, tes émotions. Prends le temps et observe comme l’énergie en toi se modifie. Relis le paragraphe précédent.

Emily Nagoski, dans son excellent livre « Je jouis comme je suis: guide pour une sexualité féminine épanouie » (à lire par toutes les femmes et jeunes filles, et tous les (jeunes) hommes qui ont des relations sexuelles avec lesdites femmes et jeunes filles), mentionne la confiance en soi et la joie comme facteurs-clés de l’extase. Elle donne une définition simple et tellement pertinente de ces termes: « La confiance en soi, c’est savoir ce qui est vrai au sujet de son propre corps, de son esprit, de sa sexualité et de sa vie. (…)Savoir ce qui est vraiment vrai, même si ce n’est pas ce qui a été enseigné comme ce qui « devrait » être vrai. Savoir ce qui est vrai, même si ce n’est pas ce que l’on souhaite être vrai. La joie, c’est aimer ce qui est vrai au sujet de son propre corps, de son esprit, de sa sexualité et de sa vie. (…) Aimer ce qui est vrai, même si ce n’est pas ce qui a été enseigné comme ce qui « devrait » être vrai. Aimer ce qui est vrai, même si ce n’est pas ce que l’on souhaite être vrai. »

S’accepter telle qu’on est, s’aimer même si, autant de notions qui font partie intégrante de mon chemin personnel et mon accompagnement professionnel depuis de nombreuses années. Et qui revient toujours au centre. Pourquoi? Parce que c’est le fondement de l’accomplissement de soi.

Je rencontre quotidiennement des femmes qui « devraient » être heureuses. Des femmes qui, aux yeux des autres, ont « réussi », exsudent l’assurance et l’affirmation de soi, ont une belle famille, un bon poste ou une belle entreprise, une belle maison, une belle vie. Mais à l’intérieur d’elles-mêmes, la joie fait défaut. La réussite perçue de l’extérieur n’a pas la saveur escomptée. Le vécu intérieur reflète doutes et insécurité, lassitude et questionnements, perte de confiance, de sens et d’énergie. Il manque la joie,

L’acceptation pleine et entière de soi telle qu’on est, de sa vie telle qu’elle est, est la clé de la joie. Et à aucun moment cette acceptation ne s’oppose à l’ambition et l’audace, le désir de changement et d’expansion. C’est simplement le choix conscient et délibéré de s’aimer même si, d’aimer sa vie, son conjoint, son boulot, sa famille même si tout n’est pas parfait, et avancer le coeur en joie. Et comme tout dans la vie est mouvement et impermanence, il importe de renouveler son engagement envers ce choix conscient et délibéré de s’aimer même si. Encore, et encore, et encore. Même si parfois on oublie, même si parfois on s’éloigne.

Je m’accepte telle que je suis. Je m’aime même si. De beaux mantras pour nourrir quotidiennement notre joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *