Ce n’était pas un accident

(Traduction libre en dessous du texte original)

« Do you consider yourself athletic? How would you rate yourself, say, as a swimmer? Average, below average, maybe a little above average? So-so? Terrible? Well, I’ve got news for you: whether you know it or not, you are a world-class super-Olympic gold medal swimmer.

I’m not kidding.

You know how I know that? Because I took anatomy, physiology, bacteriology, and chemistry in college, as part of my science minor. And here’s what I learned: we all start out the same way, as tiny sperm cells. In order for you to be born, assuming your daddy had an average sperm count, you had to have out-swum some 200,000 other sperm. And it was uphill all the way.

Now, I do not know what motivated you, but that little tail was wiggling like mad, and you were screaming, “Out of my way! Out of my way! I want to teach school! I want to dance! I want to be in real estate! I want to be a journalist!” or whatever it was you were screaming at the top of your little sperm voice.

You know who the losers are in life? It’s simple, and I’ll tell you how you can recognize them. They’re not as tall as you are. In fact, they’re not even as tall as the thickness of one of your eyelashes. They’re the sperm cells you left behind in the Fallopian dust. You haven’t heard much from them lately, have you? No. But out of 200,000 (or 600,000, if your daddy was above average), here you are.

Do you suppose it was just an accident that you made it across that ovarian finish line? Just a random thing? You suppose the other 199,999 sperm were all way ahead of you, but they just had the bad luck of stubbing their little toes on the last lap and stumbling? Nuh-uh. They lost because you were out in front, pure and simple. You were unstoppable. You know why? Because you had something that would not allow you to be anyone but the sperm at the front of the pack.

It was no accident. You had purpose. You were on purpose. And you know what? You’re still that same person today. That’s all still in you, raring to go and eager to shine, and it’s time you let it. »

FunnySideUp

 

Extrait de « Funny Side Up » de Rita Davenport

 

 

 

Traduction libre

Est-ce que tu te considères un bon athlète? Comment te juges-tu en tant que nageur, par exemple? Moyen, passable, bon? Sans plus? Nul? Je vais te dire: que tu le saches ou pas, tu es un champion de natation  de classe olympique, médaille d’or.

Je ne plaisante pas.

Tu veux savoir comment je le sais? Parce que j’ai suivi des cours d’anatomie, physiologie, bactériologie et chimie dans mon cursus. Et voici ce que j’ai appris: nous commençons tous de la même manière, en tant que petite cellule spermatique. Pour pouvoir naître, dans la mesure où ton père avait un taux de spermatozoïdes moyen, tu as dû gagner la course contre 200’000 autres spermatozoïdes. Et c’était une course en montée!

Je ne sais pas ce qui t’a motivé, mais cette petite queue frétillait comme une folle, et tu criais « Pousse-toi de là! Hors de ma route! Je veux enseigner! Je veux danser! Je veux être dans l’immobilier! Je veux être journaliste! » ou quoi que ce soit que tu criais de toute ta petite voix de spermatozoïde.

Tu sais qui sont les perdants dans la vie? C’est simple, et je vais te dire comment les reconnaître. Ils ne sont pas aussi grands que toi. En fait, ils ne sont même pas aussi grand que le diamètre d’un de tes cils. Ils sont les spermatozoïdes que tu as laissé derrière dans les trompes de Fallope. Tu n’en as pas beaucoup entendu parlé dernièrement, n’est-ce pas? Non. Mais des 200’000 (ou 600’000, si ton père était plus doté que la moyenne), tu es là.

Tu crois que c’est un accident si tu as finis premier à la course à l’ovaire? Juste un hasard? Tu supposes que les 199’999 autres spermatozoïdes étaient loin devant toi, mais qu’il sont eu la malchance de tordre leur petite cheville sur la dernière ligne droite et tomber? Non. Ils ont perdu parce que tu étais devant, clair et simple. Rien ni personne ne pouvait t’arrêter. Tu sais pourquoi? Parce que tu avais quelque chose qui empêchait tous les autres spermatozoïdes de prendre la tête.

Ce n’était pas un accident. Tu avais une mission. Tu étais en mission. Et tu sais quoi? Tu es toujours cette même personne aujourd’hui. C’est toujours en toi, débordant d’enthousiasme et d’un puissant désir de briller, et il est temps laisser sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *