Calme et sereine au milieu du tourbillon

C’est comme si les deux premiers mois de l’année m’avaient aidée à arriver à cette période avec calme et centrage.

Tout tourbillonne autour de nous. Les peurs, les incertitudes, les adaptations à un quotidien nouveau et inconnu s’alimentent parmi dans la population et créent un tourbillon d’énergie grise et poussiéreuse.

Et pourtant je ressens, presque à chaque instant, un incroyable calme intérieur. Une sérénité et une paix en décalage avec ce tourbillon gris. Comme la nature et son énergie printanière, énergie de vie, de renaissance, d’explosion vers l’extérieur, de joie et d’abondance, qui contraste intensément avec le confinement, la méfiance, la peur de manquer, la rétraction de nos habitudes, nos activités, notre économie, notre liberté.

Janvier et février ont été très sollicitant pour moi, avec comme obligation de gérer de manière intransigeante mon énergie et mon ressourcement. C’était la seule option si je ne voulais pas partir en vrille, basculer dans le burnout ou le précipice. J’ai donc nourri avec assiduité mon centrage, mon calme intérieur, ma sérénité toutes ces semaines, et arrive à ce mi-mars 2020 ressourcée et pleine de ressources.

J’ai pris conscience de plein d’espaces dans ma vie où je fonctionnais en mode Superwoman, boostée par l’adrénaline qui nous permet de foncer. Ce fonctionnement est génial quand on doit sauver notre peau, mais si on l’adopte au quotidien, on risque fort d’y laisser notre peau…

Comment en sortir? Comment être efficace et sereine?

Tout d’abord, reconnaître les moments où on part en mode toupie. Repérer cette frénésie qui nous prend et nous emporte, cette frénésie qui nous épuise et nous rend plus active et occupée qu’efficace.

Puis respirer. Respirer est tellement basique qu’on n’y pense pas toujours comme un outil puissant de recentrage et retour au calme, un outil à portée de main à chaque instant. Respirer lentement, respirer profondément, respirer consciemment jusqu’à ce qu’on sente l’anneau du stress se desserrer.

Une image utile est celle du bateau dans la tempête. On ne choisit pas forcément la taille des vagues qui nous entourent, mais on peut choisir de se placer énergétiquement tout en haut du mât où ça chahute le plus, ou dans l’ancre où le remous est à peine perceptible.

Il est aussi intéressant de connaître nos pivots principaux. Les pivots sont ces activités qui nous permettent de pivoter d’un état agité ou contracté (stress, colère, peur, frustration, déprime, …) à un état calme et plus spacieux à l’intérieur. Le pivot favori de mon fils par exemple, c’est de prendre une douche. Il en ressort nettoyé de toutes les émotions qui le serraient. Aller marcher dans la nature, nager, danser, chanter sont autant de pivots qui peuvent nous correspondre et ils ont tous l’avantage d’impliquer un mouvement. Pour sortir d’un état émotionnel, mettre notre corps en mouvement est très souvent le plus efficace.

Après avoir retrouvé un espace plus calme, grâce à la respiration, la visualisation ou à un autre pivot, on extériorise. Ce qui tourne en boucle dans notre tête prend beaucoup de place et d’énergie. Pour diminuer la charge mentale, on pose sur papier tout ce qu’on pense avoir « à faire ». Tout, sans jugement ni censure.

Puis on respire. Profondément. Lentement. Consciemment. Jusqu’à ce que ce soit calme à l’intérieur. On s’offre une tisane, un carré de chocolat qu’on savoure pleinement, une chanson apaisante.

Depuis cet espace calme, lucide, en pleine possession de notre pouvoir, on revisite notre longue liste de choses à faire avec plusieurs questions en tête: Est-ce que je peux y faire quelque chose? Est-ce urgent et indispensable pour les deux prochains jours? Est-ce que ça se résoudra tout seul avec le temps? Est-ce que quelqu’un d’autre pourrait le faire aussi bien que moi? Si chaque personne à qui je demande dit oui, est-ce que je délèguerais ça?

Avant de plonger dans ce qui reste de la liste, on respire. On respire profondément et on se connecte à ce qui est vraiment important pour nous dans notre vie actuellement. Si on se place dans notre centre, au-delà de nos peurs, avec clarté et audace, quels sont les points qui méritent notre attention? Depuis cet espace, on classe les tâches restantes en A (absolument à faire aujourd’hui), B (bien si c’est aujourd’hui, mais personne ne va mourrir si ça attend) ou C (ça pourrait être aujourd’hui comme ça pourrait être demain ou un autre jour).

Yes! Maintenant on est dans une position où on peut agir avec efficacité et sérénité! Ca mérite des félicitations, peut-être une petite danse de joie, avant de plonger avec enthousiasme dans le point A prioritaire qu’on a mis en évidence.

1 réflexion sur “Calme et sereine au milieu du tourbillon”

  1. Calme et sérénité grâce à ma mise en confinement volontaire 😊 prendre enfin le temps, regarder le ciel pour choisir ce que je fais d’abord : bouquiner au soleil ou ménage ou gérer mes e-mails professionnels ou… ? Quelle joie de choisir la pause lecture au soleil sereinement, le reste peut attendre 😊🙏🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *