La face immergée de l’iceberg

Je déborde d’énergie ces jours. C’est top! Du coup, je fais tellement de choses que j’arrive à la fin de la journée – oups! – en ayant oublié d’écrire… Pourtant ce n’est pas que je ne pense pas à l’abondance. Ce n’est pas non plus que je ne surveille pas mes pensées. Chaque fois qu’une fausse croyance de manque me traverse l’esprit, je la repère, l’arrête, la remets en question, discute avec, regarde ce qui se cache derrière son dos, et choisis de continuer sur un autre chemin.

C’est d’ailleurs très intéressant de voir à quel point je suis plus consciente de tous les petits recoins et cachettes que cette illusion occupe. Comme si avant, je voyais la partie émergée de l’iceberg, et maintenant je vois aussi sous l’eau. Un vrai travail d’attention de chaque instant.

Je ne suis pas encore au stade où je peux crier victoire. Je ne me suis pas encore débarrassée complètement du mirage du manque. Loin de là même. Mais au moins je l’intercepte bien plus souvent qu’avant, sans lui laisser le temps de s’installer dans mes cellules, me serrer les tripes, fermer mon coeur, réduire mon champ de possibles.

Oui, vraiment intéressant. Tu me rejoins dans ce challenge et viens aussi partager ton bonhomme de chemin par monts et par vaux?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *