Comment passer d’occupée à efficace

Il est de ces petites phrases qui nous bousculent.

Es-tu occupée ou efficace?

Dans sa place précédente, j’ai entendu maintes fois mon mari se plaindre d’avoir plus l’impression d’être un pompier qu’un ingénieur. Il passait son temps à parer au plus pressé, régler les problèmes toujours pour hier, vivre sous pression sans jamais avoir ni la satisfaction d’un travail bien fait ni la reconnaissance qui en découle. Sa motivation s’égrainait tel le sable d’un sablier: inexorablement.

Juste avant Noël, j’ai félicité ma voisine quand elle m’a annoncé qu’elle avait démissionné. Depuis plusieurs mois, elle refusait de se résigner à travailler 50h par semaine en étant engagée pour un 50%, tentait par tous les moyens de modifier la manière de fonctionner du management supérieur pour ne pas être la 5e de suite à partir en burnout, et surtout avoir la satisfaction de bien faire son travail. Au lieu de cela, elle rentrait chaque fois déçue d’avoir couru toute la journée à un rythme frénétique sans autre résultat qu’avoir limité les dégâts.

Hier, jour de reprise après la pause des fêtes, je sentais en moi cette énergie frénétique qui virevolte dans tous les sens, tente de nous tirer à droite et à gauche, vite faire ceci et cela, et ne pas oublier ce point, et d’abord ça, sans oublier ce truc qui demande vraiment mon attention urgente, et… A 8h, je n’étais pas encore assise à mon bureau et déjà fatiguée!

Nous sommes tous sujets à ce brassage d’air qui nous asphyxie. Dans cette énergie, on s’épuise à faire du surplace. On fonce tête baissée sans voir qu’on tourne en rond.

La solution? Faire pause. Prendre un instant de recul pour voir plus loin, mettre de la perspective dans ses actions. Le résultat? Energie, motivation et efficacité démultipliées!

Hier donc, j’ai consacré l’après-midi à sortir de la frénésie du quotidien et regarder un paysage plus vaste. Quelle est ma vision pour cette année? Où ai-je envie d’arriver et qui ai-je envie d’être, professionnellement parlant, fin 2018? Quelles sont mes priorités par trimestre, les 2 à 3 points sur lesquels je vais focaliser mon énergie? Quels sont les moyens que je vais mettre en oeuvre pour atteindre mes objectifs? Quels sont les ressources que je peux activer pour m’y aider?

Ces quelques heures de réflexion permettent de remettre en lumière le POURQUOI des actions que je mets en place. C’est comme une feuille de route. Elle donne une direction, un sens à ce qui se fait ensuite au quotidien. Et qui dit sens dit motivation. Qui dit motivation dit énergie et efficacité.

Le résultat immédiatement perceptible, c’est la qualité intérieure de l’énergie. Au lieu de s’évaporer dans toutes les directions, elle me remplit, m’ancre et se condense pour être projetée à la manière d’un laser: précis et puissant. C’est ressenti comme un gros soupir de paix et de détente. Ca y est. Je peux arrêter d’être occupée et commencer à être efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *